Colorer ses cheveux, oui…mais avec du naturel!

chvx-v4

La question de la coloration des cheveux se pose souvent à l’apparition du premier cheveu blanc, mais reflète aussi le souhait de « changer de tête ». Vouloir lutter contre les traces du temps n’est pas nouveau, s’embellir, modifier son apparence non plus. Mais de plus en plus souvent, on s’intéresse à l’impact de nos actes, sur notre environnement et surtout sur notre santé. Et en matière de coloration, les actes ne sont pas anodins.

60% des femmes se colorent les cheveux et la coloration chimique est encore largement la norme. Si les fabricants ont fait un effort sur les compositions, ils ont surtout beaucoup travaillé sur le message et le packaging: suppression (remplacement?) de l’ammoniaque, des compositions à base de plantes, d’huiles essentielles,…et le moins vigilant des consommateurs sera rassuré…Et pourtant, il y a encore bien trop d’autres ingrédients dont on ne commence qu’à découvrir les méfaits.

De plus en plus de coiffeurs se tournent vers la coloration végétale, et pas seulement sous la pression de la demande, mais pour leur propre bien-être puisqu’ils sont les premiers exposés à la nocivité de certains ingrédients qu’ils manipulent au quotidien. Car ce n’est pas tant une dose unique qui est à redouter que la répétition de l’exposition.

Cette excellente émission  de Mars 2016 « On n’est pas des pigeons »sur le sujet décrypte pour nous les ingrédients et explique les bienfaits de la coloration végétale :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=22ivdDU50QE?rel=0&w=560&h=315]

C’est quoi la coloration végétale?

henne_wikipedia

Photo Henné Wikipédia

Véritable alternative à la coloration chimique, la coloration végétale n’est composée que de plantes. Attention cependant à bien lire les étiquettes car certaines colorations qu’on pourrait penser totalement naturelles contiennent des additifs nocifs et/ou allergisants comme les sels métalliques ou le PPD (paraphenilenediamine). Ceux-ci sont incorporés pour intensifier la couleur ou améliorer la tenue mais restent très allergènes. Vous ne devez retrouver dans l’INCI (ou liste des ingrédients) que le nom latin de la plante (lawsonia inermis pour le henné naturel, indigofera tinctoria pour l’indigo,…).

La coloration végétale se présente le plus souvent sous forme de poudre. Ce sont les différentes parties du végétal (feuilles, racine, bois, fleurs, graines,…), selon la plante, qui sont réduites en poudre: les feuilles pour le henné, le bois pour la campêche, la graine pour le red kamala, la racine pour le rhapontic,…

Nombreuses sont les plantes qui permettent de colorer: le henné naturel, l’indigo, le brou de noix, le bois de campêche, la camomille, la garance, le rhapontic, le curcuma,…On les retrouve à différents endroits du globe, certaines espèces poussant même à plusieurs endroits, comme le henné naturel qu’on trouve à la fois en Afrique du Nord et en Inde. La provenance géographique influe sur la coloration: le henné naturel d’Inde est fort en pigment (la lawsone), sa prise est donc relativement rapide et donne un résultat plus rouge qui facilite, de notre point de vue, les colorations qui tendront vers les marrons, châtains, lorsqu’on l’associe.

On retrouve presque toujours le henné (naturel ou neutre) comme base des mélanges car il facilite la prise et permet de bien couvrir les cheveux blancs.

Plus la poudre est fine, plus l’application sera facile, ainsi que le rinçage! Et une poudre plus fine englobe bien la fibre capillaire, un beau résultat sera donc possible avec un temps de pose écourté.

Coloration chimique vs coloration végétale

  • La première différence, de taille, entre la coloration chimique et la coloration végétale, c’est le processus d’action.

Pour schématiser, la coloration chimique ouvre les écailles du cheveu pour venir décolorer la mélanine avant d’injecter le pigment artificiel. Les différents composants chimiques agissent donc par pénétration. Certains de ceux-ci sont suspectés de provoquer des allergies (PPD), d’être des perturbateurs endocriniens (résorcinol), …

La coloration végétale, elle,  vient se poser sur le cheveu, laissant transparaître les nuances naturelles de la chevelure, mais ne modifie pas la structure interne du cheveu et ne pénètre pas dans le corps. Elle est, de plus, 100% naturelle.

  • Une autre différence, de taille elle aussi, c’est la palette des possibilités! Si tout est quasiment réalisable en chimique (et on comprend pourquoi: on supprime la couleur de base donc on repart sur une « page blanche »), avec le naturel, on ne peut pas éclaircir (oubliez l’idée de devenir blonde si vous êtes brune). Le résultat final dépendra souvent de la couleur de base.
  • Quand la coloration chimique finit par s’affadir et par âbimer sérieusement le cheveu en le rendant sec et cassant (vous visualisez l’effet « queues de rat » sur les cheveux moultes fois décolorés?) , en l’affinant, la coloration végétale le rend plus fort, plus épais et le laisse très brillant (ça, c’est vraiment bluffant!).
  • Le temps de pose: il est plus long en végétal! Il faut laisser aux pigments le temps de se développer et de s’installer. Là encore, tout dépend du résultat attendu: pour une couleur chaude, profonde, comptez au minimum 1h30 à 4,5,6,…h. Pour un résultat plus proche du reflet, 30 mn à 1 heure suffiront. Finalement, c’est un peu comme en cuisine. Vous avez le choix entre le plat préparé à mettre 1’30 au micro-ondes ou la bonne blanquette faite maison qui mijote doucement sur le feu…

Pour résumer, soyez vigilant sur les compositions: moins il y a d’ingrédients, mieux c’est en général! En coloration végétale, seul le nom des plantes doit apparaître (petit lexique à venir). N’hésitez pas à consulter ce site formidable La vérité sur les cosmétiques qui propose une recherche INCI pour y voir clair!

Il ne s’agit pas d’être trop alarmiste sur le sujet, mais de bien réfléchir à ce qu’on fait, à ce qu’on SE fait, tout comme il est important de faire attention à ce qu’on mange, par exemple. Gardez à l’esprit que c’est la répétition, la diffusion à petite dose qui créé le danger (l’accumulation) et que mieux vaut une coloration chimique chez un coiffeur que celles du supermarché qui seraient plus dosées en produits « à risque ».

Laissez-vous tenter par l’expérience du végétal! 🙂

www.breizhenne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *