Les hydrolats (ou eaux florales)

Les hydrolats, aussi appelés Eaux florales, c’est quoi?

C’est le résultat de la distillation des plantes par entraînement à la vapeur d’eau. Pour schématiser, on fait chauffer de l’eau qui dégage de la vapeur, qui « traverse les plantes » emmenant avec elle les essences volatiles de la plante. Par refroidissement, la vapeur redevient liquide, un liquide désormais chargé en huiles essentielles qui surnagent. La partie aqueuse, l’hydrolat,  est elle aussi chargée en principes actifs de la plante. Il peut rester entre 0,5 et 2% d’huile essentielle dans l’hydrolat. On peut les retrouver sous forme de gouttelettes orangées à la surface de l’hydrolat.

 

 

La distillation en action chez Avelenn – Producteur Fabricant – Morbihan (56)

Etant donné le processus de la distillation, on privilégiera les hydrolats (et  les H.E)  bio. Avec une plante qui aurait subi un traitement pesticide, la distillation entrainera également ces molécules qui se trouveront donc à leur tour concentrées en fin de parcours! Ça ne fait pas envie 🙁

L’hydrolat vs l’huile essentielle

 

 

Contrairement aux huiles essentielles, les hydrolats ne présentent pas de risques à une  mauvaise utilisation. Rappelons que les huiles essentielles ne doivent être utilisées que si on en connaît le spectre d’action, la posologie, la causticité sur la peau, etc… Un hydrolat est donc plus accessible, on peut l’appliquer sur la peau, sur les muqueuses, dans les yeux et même l’ingérer. Il est adapté dès le plus jeune âge. Il est certes moins concentré et donc moins actif que l’huile essentielle mais dans bien des cas, il jouera son rôle pour notre bien-être.

Alors, de la cuisine à la salle de bain, en passant par la pharmacie familiale, les hydrolats sont des indispensables!

La conservation

Composés d’eau, ce sont des produits sensibles et leur durée de conservation est bien sûr plus courte que celle des huiles essentielles. On les stockera donc à l’abri de la lumière et de la chaleur et on les consommera rapidement après ouverture. Par précaution, les fournisseurs indiquent souvent des dates trop très  courtes. Dans le temps, l’hydrolat perd de son efficacité, il baisse en qualité. C’est dommage d’utiliser un produit moins performant, mais pas dangereux. Un hydrolat « périmé » va changer de couleur et surtout d’odeur. Même si le risque reste minimum, on le met hors service!

Comment l’utilise-t-on?

En application locale, en interne, en synergie avec différents hydrolats.

Pour aromatiser (de l’hydrolat de romarin dans un vin rouge), en gargarisme (de l’hydrolat de thym contre les maux de gorge), en application (de l’hydrolat de lavande pour soulager les brûlures légères ou les peaux eczémateuses), en lotion (de l’hydrolat de camomille pour apaiser un cuir chevelu irrité), dans un masque beauté (eau florale de rose avec de l’argile rouge ), etc, etc, …

Combien ? Combien de temps? Combien de fois?

Soyez à l’écoute de votre corps et prenez-en autant de fois que nécessaire! En interne, démarrez avec 1 cuillère à café 3-4 fois par jour et ajustez!

En usage cosmétique ou soin sur la peau, au quotidien, tout au long de l’année!

Mise en garde

  • Ces conseils ne valent que pour des produits bio de préférence et sans conservateurs. Un hydrolat « bien chargé  » en principes actifs (= réalisé à partir d’une bonne quantité de plante), non dilué avec ajout d’eau, ne nécessite pas de conservateur. L’usage répandu en cosmétique oblige à être vigilant sur la composition. Nombreux sont les hydrolats ou eaux florales, même bio, qui contiennent des conservateurs. On ne les retiendra pas pour un usage interne, on les laisse dans la salle de bain!
  • On trouve (en pharmacie,…) des eaux de rose. Ne vous y trompez pas, rien à voir avec les hydrolats. Voici un exemple:

eau_de_rose copie

Composition: Aqua, parfum (fragrance), 2-bromo-2-nitropropoane 1,3 diol, geraniol, citronellol, sodium methylparaben, sodium propylparaben.
  • Exception à l’utilisation des hydrolats : Celui à la sauge sclarée est déconseillé aux personnes ayant eu un cancer du sein, de l’utérus,… car celle-ci est hormono mimétique (elle mime les effets des oestrogènes). A l’inverse, elle est conseillée pour tous les problèmes de cycle féminin et lors de la ménopause.

En conclusion

Sortis de la cosmétique, les hydrolats ont un usage moins connu que les huiles essentielles et même méconnu. Ils ont pourtant toute leur place dans les remèdes naturels.

Il ne faut pas hésiter à s’informer à travers de la documentation sérieuse et scientifique (peu d’ouvrages sur le sujet mais celui-ci: Guide des hydrolats et eaux florales – Patricia Dalmas – Editions Médicis), à travers des conférences prodiguées par des spécialistes (ce fut notre cas chez Breiz Henné : nos propos ici reprennent, entre autres, les enseignements de Lilian Cabellos – Docteur en pharmacologie qui faisait une conférence chez notre fournisseur d’hydrolats – Avelenn-), à s’adresser à des naturopathes, etc…

Retrouvez quelques-uns des hydrolats de chez Avelenn ici

Le Bhringaraj, « maître des cheveux »

Le Bhringaraj, aussi appelé Maka ou Eclipta alba (nom botanique), est une plante herbacée à fleurs blanches de la famille des Asteraceae. On en retrouve en Inde, en Chine, en Thaïlande, au Brésil.
Sa traduction en sanskrit signifie « Maître des cheveux ». Il est réputé pour fortifier et densifier la chevelure.

bhringaraj.png

Quelques exemples d’utilisation:

En masque pour les cheveux :
Mélangez avec de l’eau chaude jusqu’à obtenir une pâte ni trop lisse, ni trop épaisse. Vous pouvez associer la poudre de Bhringaraj avec d’autres poudres de soin (amla, brahmi, henné neutre) ou poudres colorantes et/ou des huiles végétales (Le Bhringaraj fonce et neutralise les cuivrés). Laisser poser 1 heure minimum puis rincer à l’eau tiède.

Pour un masque visage :
Mélangez 1 cuillère à café dans de l’eau tiède. Appliquez en évitant le contour des yeux. Laissez poser 15-20 minutes et rincer. Ce masque est idéal pour donner bonne mine, calmer les irritations, lisser les traits. A associer avec un hydrolat.

Pour une lotion capillaire :
Mélangez 2 cuillères à café dans 100ml d’eau tiède. Laissez infuser 15-20mn puis filtrer. A utiliser en eau de rinçage après-shampoing ou ajouter à vos préparations de masques capillaires (A utiliser rapidement après fabrication).

Comme pour tous les soins de beauté, notamment capillaires, si on veut mesurer des résultats visibles et durables, seule la régularité paye! Mais dès le premier masque, les cheveux sont doux et texturisés. Les masques de soins capillaires doivent être faits régulièrement, de 2 à 4 par mois, en cure de 3 mois pour retrouver densité, volume et santé de vos cheveux. (Attention cependant, on l’évitera trop souvent sur cheveux clairs, le Bhringaraj fonce.)

A découvrir ici: Le Bhringaraj de Breiz Henné